144 pages ‒ 22 x 30 cm

Ce peintre, c’est la lutte du dessin et de la couleur mais c’est aussi bien leur alliance. Pourquoi, sinon, aimerait-il tant se retrouver à Venise ? Au pied de la grande église de Palladio l’eau glauque de la lagune ne cesse de suggérer que le reflet des formes peut, se brisant, se faire cette couleur au second degré dont rêva Titien, et c’est cela qui lui paraît méditable. Il aime retrouver là cette identité du dedans et du dehors que l’on éprouve en soi-même aux grands moments de la vie, mais qui risque en peinture de se défaire, de n’être même plus qu’une expérience oubliée, lorsque couleur et dessin se dissocient, se séparent.

François de Asis se rend à Venise et y séjourne régulièrement depuis plus de quarante ans. De cette relation avec la cité flottante naît la centaine de peintures, exécutées entre 1958 et 2020, qui forment ce recueil. Le peintre offre une vue mouvementée du paysage vénitien : le ciel, la pierre, l’eau, tous saturent en signes lumineux. Dans ces représentations c’est l’acte pictural – sa genèse – qui se révèle et se confronte aux limites du visible.

ISBN : 978.2.37792.108.9
  • 10 exemplaires numérotés, signés et accompagnés d’une peinture sur toile de François de Asis.
    1000 euros.
  • 490 exemplaires sur vélin vénitien.
    30 euros.