Léon-Paul Fargue

Paris, Seine

Illustrations de Philippe Hélénon.

184 pages ‒ 14 x 22 cm

C’est à un vague bohême que je dois d’avoir entendu quelque chose comme la parole magique. “Paris, me disait ce sage, qui je crois était tout simplement un bricoleur, donne le sentiment de l’éternité”. On ne saurait mieux révéler l’ineffable. Tout est là, en vérité. Le tout est de savoir s’imbriquer dans le vaste noyau. Mais voyons d’abord les personnages de ce roman de pierres et de courbes, de perspectives et de nuances, où la vie de chacun est comme un poisson dans l’eau.

Initialement prévues pour une parution en 1947 chez Skira, ces pages devaient composer le dernier et le plus important texte du «vieux piéton» sur la capitale tant arpentée. Ce livre imposant qu’Albert Marquet devait illustrer de plus de cinquante lithographies ne verra pourtant jamais le jour et sera oublié à la mort, la même année, des deux auteurs.

Longue et poétique promenade, Paris, Seine est bien l’ultime étreinte littéraire de la ville adorée, restée en partie inédite. Dans le décor de ruelles où la prose foule le pavé, Fargue exalte vertiges et sentiments enfouis. La dérive urbaine révèle un monde visible au seul regard du poète où les scénettes du quotidien peignent sur les façades de surprenants tableaux. Noctambule sentimental, il célèbre le détail et tient le bras des foisonnantes idées surgies des cafés. Ces récits, mémoire intime d’une charmeuse érudition, ruissellent d’anecdotes et de noms propres : les faubourgs et leur temps sont sans secret pour l’explorateur. Paris, ses forces, sa mythologie, nous submergent.

ISBN : 978.2.37792.103.4
  • 17 exemplaires numérotés et accompagnés d’une huile sur papier de Philippe Hélénon.
    210 euros.
  • 683 exemplaires sur vélin de Montparnasse.
    25 euros.