Raymond Queneau

Ma vie en chiffres

Préface de Pierre Bergounioux.

Illustrations de Claude Stassart-Springer.

48 pages ‒ 14 x 22 cm

C’est là justement que le 29 mars 1957 j’étais en train d’absorber le 5372ème croissant de mon existence (je ne m’y suis mis que tard au croissant, avant mes moyens ne me permettaient que la mie de pain, lorsque – mais tout d’abord je dois compléter les renseignements que je fournissais tout à l’heure quant à mon alimentation : ces moyennes ne comprennent pas le samedi, car le samedi je fais la fête. Je me permets le sucre, l’amidon, l’acide iodhydrique, l’anhydride sulfureux, etc… toutes choses que je me refuse dans le courant de la semaine.

Ma vie en chiffres rassemble des tentatives autobiographiques inédites de l’auteur, sérieuses ou pas… D’abord sous la forme d’une ode aux mathématiques où tout est prétexte aux pirouettes algébriques, où l’“eggsistence” du narrateur est rythmé par le comptage obsessionnel (du nombre d’heures travaillées à la quantité de croissants ingérés), puis sous celle d’une fiction avortée, l’Autobiographie trafiquée : tout décrit une existence banale finalement perturbée par la folie créatrice.

La verve de Raymond Queneau, oscillation permanente entre rêve et réalité, entre littérature et langue parlée, ne se sépare jamais de cet humour savant voué à nous régaler. Le Collège de ’Pataphysique dont il fût membre aux côtés de Boris Vian ou Max Ernst n’est pas loin : chaque texte est une mise en pièce de la vision traditionnelle et élève, plein d’espiègleries, un regard nouveau sur le monde.

ISBN : 978.2.37792.096.9
  • 981 exemplaires sur vélin de la Goulotte.
    12 euros.
  • 19 exemplaires numérotés et accompagnés d’un dessin de Claude Stassart-Springer.
    .