Daniel Bourdon

Lettre morte

Frontispice de l'auteur.

2007 ‒ 48 pages ‒ 12 x 17 cm ‒ ISBN 978.2.85194.700.0

La pièce où je suis assis est petite, mais claire. A travers la fenêtre fermée, on aperçoit des toitures qui s’étagent et se perdent au loin dans une brume ensoleillée. Le silence a quelque chose d’irréel – je suis assis et j’attends. J’attends de recevoir une lettre. Du moins, je crois l’attendre. Depuis quand, je ne saurais le dire. Des années sans doute ont passé. J’attends de trouver un matin, parmi le lot de papiers insignifiants qui échouent périodiquement dans ma boîte aux lettres métallique, sous les prospectus, les vignettes, les factures, l’enveloppe où mon nom aura été écrit de cette écriture que je reconnaîtrais entre mille.

 

Les gardiens du territoire, La dispersion, L’opuscule et plus récemment Abécédaire nous ont familiarisés avec l’univers singulier de Daniel Bourdon. Cette (courte) aventure épistolaire jongle une fois encore avec la réalité et ses frontières, l’obsession du style presse le lecteur vers ses propres enjeux, sa propre folie.
 

  • 11 exemplaires sur vélin. Couverture Arches, un dessin de l'auteur.
    60 euros.
  • 600 exemplaires sur vergé ivoire.
    9 euros.