Walter Benjamin

Haschich à Marseille

Le texte est accompagné de dessins de Julio Silva.

2013 ‒ 40 pages ‒ 14 x 22 cm ‒ ISBN 978.2.85194.863.2

Et ce fut dans ce petit bar du port que le haschich se mit à produire son enchantement intime, au fond canonique, avec une précision primitive, comme je ne l’avais peut-être jamais ressenti auparavant. Car il me rendait physionomiste, à tout le moins observateur de physionomies et il m’advenait quelque chose de tout à fait unique dans mon expérience : je fus littéralement fasciné par ces visages qui m’entouraient et qui pour la plupart étaient remarquablement farouches ou laids. Des figures que d’ordinaire j’aurais évitées pour plus d’une raison : je n’aurais ni désiré attirer sur moi leur attention ni pu supporter leur bestialité.

Si Marseille est la ville où Walter Benjamin vécut ses dernières semaines durant l’été 1940 avant sa mort tragique, elle est également, dès 1928 le champ d’expériences nouvelles. Expériences olfactives et chromatiques, dont celle qu’il relate ici, au gré de ses déambulations sur le vieux port, le cours Belsunce et la Canebière pris par l’ivresse du haschich.

  • 700 exemplaires sur vélin de chanvre indien.
    10 euros.