Jean-Luc Parant

Dans ma bibliothèque

Illustrations de Jean-Marie Queneau.

96 pages ‒ 14 x 22 cm

Ma bibliothèque aux milliers de livres, ce sont les milliers d’années que je ne pourrai pas vivre pour pouvoir les écrire, les milliers de tours de soleil que je ne pourrai pas faire sans m’être consumé avant le centième tour, et n’avoir lu que le dixième de mes milliers de livres.
Avec tous mes livres, je vivrai plus longtemps : un livre et un instant de plus, mille livres et mille instants à vivre en plus. Le temps qu’il m’est encore donné à vivre, que la lecture de tous ces livres le prolonge, que l’écriture du livre sur les yeux que je dois écrire l’éternise.


Jean-Luc Parant sonde ses possessions livresques et, inévitablement, y plonge son regard. La rencontre intime avec les corps imprimés si chers l’emporte autour des grands astres et dans les plus hautes sphères célestes. Se poursuit alors son œuvre – obsessionnelle, répétitive et envahissante – sur le visible et l’invisible : la lecture y est manipulée et l’écriture pénétrée. Sa bibliothèque, réduction – ou augmentation – du monde, continue l’immense terrain de jeu où les yeux touchent et les mains scrutent. Le cycle de l’homme aux boules permet une nouvelle fois à la nuit de s’accoupler à la lumière.

  • 780 exemplaires sur vélin.
    16 euros.
  • 20 exemplaires numérotés et accompagnés d’un dessin de Jean-Marie Queneau.
    .