Moëz Majed

Chants de l’autre rive

Calligraphies de Nja Mahdaoui.

2013 ‒ 48 pages ‒ 14 x 22 cm ‒ ISBN 978.2.85194.886.1

Puis vinrent les âges les plus rudes, les heures les plus sombres et les barbares en nombres.
Vinrent des pluies vastes et grisonnantes qui n’abreuvent point de terres ni ne lavent de souillures,
Et vinrent des fins fonds des sables stériles, des nuées d’oracles grégaires portant paroles
apocryphes au rang des grandes tables de loi.
Oui, ma mère, ma sœur, mon enfant…
Vinrent en ces jours, aux seuils de nos demeures, de bien sombres présages.

Pour dire ses tourments, Moëz Majed, poète à cheval entre deux mondes, a des mots qui sourdent du sol arable de la poésie. De la rugosité des scories ou du poli des galets, ils évoquent parfois la défunte gloire du gisant, mots abîmés dans le silence d’une morte mémoire, dans l’attente d’une résurrection.

Nja Mahdaoui, architecte de grandes écritures, y mêle en contrepoint ses monumentales calligraphies exonérées de tout devoir de nommer les choses. Le trait du calligraphe rejoint le chant du poète dans une quête commune de significations disparues, dans une ronde de beaux entrelacs et de souffles éperdus, s’élevant vers un pays mythique.

  • 500 exemplaires sur vélin ivoire.
    11 euros.

Dans la presse...