Claude Louis-Combet

Aube des chairs et viscères

Illustrations de Nomah.

2020 ‒ 56 pages ‒ 14 x 22 cm

C’était, comme à l’opéra, une ouverture qui n’en finissait pas de remettre à plus tard le début de l’action. Cela aurait pu durer encore et durer jusqu’à aujourd’hui et au-delà. Mais voici : l’artisan commis par le dieu créateur pour préparer des projets a soudain touché le fond de sa songerie et, comme il commençait à s’éveiller, l’idée lui est venue qu’il fallait en finir avec l’être qu’il tenait en ses mains – l’être de l’homme – et que cet achèvement et accomplissement ne pourrait s’effectuer que par l’introduction, au plus profond de la matière vivante, d’un principe de lumière : une concrétion organique destinée à illuminer le dedans de l’être dans toutes ses dimensions. C’est ainsi qu’il créa l’œil.

Médecin, professeur de cardiologie, Martial Hamon dispose d’un capital culturel qui fait la part belle à l’anatomie et à l’imagerie médicale. Le peintre qu’il est devenu a choisi pour champ d’expression la matière vivante et ses constructions viscérales, oniriques et inconscientes – celles qui ont hanté l’imagination du démiurge appliqué à la création de l’homme. A ce point de son parcours, l’artiste provoque nécessairement l’écriture et la poésie. De là est née la rencontre. De là le livre.

  • 980 exemplaires sur vélin bisontin.
    14 euros.
  • 20 exemplaires numérotés et accompagnés d'un monotype original de Nomah.
    180 euros.